lundi 17 mars 2014

le Botox pour se remettre d’un AVC

Une nouvelle étude scientifique vient démontrer que le Botox peut aider les malades à se remettre d’un accident vasculaire cérébral (AVC).

         



Selon le Pr Anthony Ward, du Centre de réadaptation fonctionnelle du Comté de North Stafford, en Grande-Bretagne, «La toxine botulique, plus connue sous le nom de Botox, permet aux personnes ayant subi un accident vasculaire cérébral, de retrouver plus facilement la mobilité de certains membres ». Il s’agit des résultats d’une étude scientifique qui fait un tollé en Europe et aux USA sur les bienfaits de ce produit utilisé souvent dans la chirurgie esthétique. On le sait,  après un AVC, cde nombreux malades gardent de graves séquelles. Des membres paralysés ou raides. Mais des injections de botox peuvent aujourd’hui être d’un secours sans précédent. «Nos essais montrent que le traitement avec la toxine botulique permet d’améliorer considérablement la tonicité et l’élasticité musculaire chez les survivants d'un AVC. Or, en permettant à la cheville de fonctionner plus normalement, cela peut apporter à nouveau la mobilité chez certains patients, y compris chez ceux qui souffrent de séquelles de leur AVC depuis de nombreuses années", comme l’explique le Pr Anthony Ward. Et c’est là l’importance de cette découverte. Non seulement, on peut aider les patients qui viennent de subir un AVC, mais on peut également soigner des malades de longues dates pour retrouver une vie plus ou moins normale.

Soins appropriés



Mais ce n’est pas là la seule bonne nouvelle en ce qui concerne le botox. Depuis plusieurs années, et au-delà de son usage en esthétique, La toxine botulique peut être indiquée « pour soigner l’arythmie, soulager les migraines, stopper l’incontinence urinaire... » et d’autres maladies. Mais dans ce nouveau cas de figure, il s’agit là d’une grande avancée dans ce domaine très compliqué qu’est la gestion des AVC.  Le botox peut aussi remplacer  d’autres soins et éviter par là même des effets indésirables qui leur sont liés. Selon les médecins britanniques, il s’agit d’une grande solution pour de nombreuses victimes d’AVC qui ne supportent pas les effets secondaires des myorelaxants, les médicaments utilisés habituellement pour détendre les muscles. Comme le précise le Dr Ward, «Le Botox ne commence à faire effet qu’au bout de quelque temps mais l’avantage c’est qu’il est possible de renouveler les injections à plusieurs reprises ».