lundi 17 mars 2014

La vitamine E et les risques du cancer de la prostate

Selon une nouvelle étude publiée, fin février 2014 aux Etats Unis d’Amérique, un excès de vitamine E et de sélénium peuvent augmenter les risques de développer un cancer de la prostate. Ce travail scientifique réalisé par le Fred Hutchinson Cancer Research Center et publiée dans le Journal of the National Cancer Institute, explique que chez «certains hommes, les suppléments de vitamine E et de sélénium peuvent être toxiques et augmenter les risques de cancer de la prostate. Il s’agit là d’une étude  basée sur les données de l'essai Selenium and Vitamin E Cancer Prevention Trial (SELECT), menée sur plus de 35.000 hommes. Elle révèle qu'une «supplémentation à forte dose à la fois en sélénium (200 mcg/ jour) et en vitamine E (400 UI/jour) augmente le risque de cancer de la prostate plus avancé. Et que ces effets dépendent des niveaux de sélénium des hommes avant la supplémentation.» Les chercheurs ont comparé l'effet du sélénium et de la vitamine E, pris isolément ou combiné, sur le risque de cancer de la prostate chez 1.739 participants du SELECT diagnostiqués avec le cancer de la prostate et 3.117 volontaires sans cancer. Ils ont voulu comprendre si la prise de fortes doses de vitamine E ou de sélénium pouvait protéger les hommes du cancer de la prostate ou pas.  Les conclusions sont claires : les chercheurs ont constaté que la prise de suppléments de sélénium augmente le risque de cancer de 91% chez les volontaires non carencés. Ils concluent donc que « prendre des suppléments de sélénium sans carence peut devenir toxique.»