jeudi 20 mars 2014

Entre jaloux, hypocrite et faux-jetons

Ce matin dans un taxi, une vieille dame rompt le silence et dit au chauffeur que les Marocains sont connus pour trois choses. Ils sont peut-être généreux, mais plus comme avant. Mais certainement, ils ont battu tous les records en termes de jalousie et d’hypocrisie. Pourquoi une telle saillie, chère madame ? La bonne femme en a gros sur la patate. Là où elle tourne la tête que des rapports humains faux. Plus aucune vérité, dit-elle, entre les gens. Mensonges et fausseté. Et partout. Même au sein de sa propre famille, on peut trouver un envieux, un jaloux, un qui broie du noir et qui a une secrète envie de vous voir faillir et échouer.
Mais pourquoi une vision aussi noir, madame ? Et pourquoi autant de méchanceté entre les Marocains ? La vieille dame qui a roulé sa bosse et qui a en vu de toutes les couleurs en avalant tant de couleuvres, ne se fait pas prier pour le dire : « le Marocain  boit la haine et la traitrise dans l’eau du robinet, mon fils ». Regarde comment cela se passe entre chauffeurs de taco, entre voisins, dans le boulot, entre amis, hommes ou femmes, c’est le même rituel. Aucune réelle franchise, beaucoup d’aigreur et peu de spontanéité, comme si on en laissait sous le coude des cas où l’animosité finira par refaire surface pour broyer les faux rapports humains à la Marocaine.  
Que dire après cela ? Se résoudre aux tristes réalités d’une société où les valeurs humaines sont de simples concepts obsolètes qui n’ont plus droit de cité. C’est à qui peut montrer sa laideur humaine plus que l’autre. Et si vous avez de l’éducation, si vous aimez les autres, si vous avez le cœur sur la main, si vous êtes cash, franc, sincère, il faudra s’attendre à toutes les misères pour rester qui vous êtes ou alors céder  au marasme ambiant et devenir un numéro de série, un faux jeton parmi tant d’autres.