dimanche 6 juillet 2014

Les Latins savent jouer au foot



C’est indéniable, les équipes latines d’Amérique du Sud ou d’Amérique  centrale ont su tirer leur épingle du jeu lors du mondial brésilien. Quelle que soit l’issue de ce tournoi, le premier tour a démontré que les équipes latines savent jouer au foot. En tout cas gardent la main et le pied sur le ballon mieux que les grandes formations européennes. Espagne, Italie, Angleterre, éliminées. Et le Portugal qui a montré piètre figure. Ce sont là des ténors. Toutes ces équipes ont gagné au moins une fois la Coupe du monde. Mais le niveau est aujourd’hui bas, malgré des championnats qui marchent, même très fort dans le cas de la Liga et la Premier League. En revanche, le Chili, le Costa Rica, l’Uruguay, le Brésil, le Mexique, l’Argentine, sont au rendez-vous pour les huitièmes. Si toutes ces équipes ne vont pas aller plus loin et peuvent s’arrêter au stade des huitièmes voire des quarts et, avec un peu de chance, les de mi, pour les plus costauds, ils auront fait de bons parcours. Un jeu complet, plus offensif, plus construit, plus instinctif et sans calculs. C’est peut-être là la différence. On joue au foot, on se fait plaisir et le reste on verra, au jour le jour. Ce que l’Espagne ne sait plus faire. Ni l’Angleterre, ni l’Italie. Encore moins le Portugal.  Restent l’Allemagne, les Pays-Bas et la France. Il y a aussi la Belgique et la Suisse. Mais on ne donne pas cher de la peau des Helvètes, malgré une belle petite équipe, assez intéressante. Les Belges sont plus solides, mais ils sont trop jeunes pour créer la surprise. Qui pour emmener l’Europe du foot le plus loin possible, face au Brésil et à l’Argentine ? Peut-être encore ces Allemands, qui savent comment jouer sur le long terme et se bonifient au fil des matchs. Ce sont les seuls qui ont les vrais arguments pour battre les équipiers de Neymar et ceux de Messi.  Grands joueurs,  solide défense, un immense milieu  et des joueurs de couloir qui peuvent tous marquer des buts.