jeudi 28 mai 2015

Extraits de "Les territoires de Dieu " de Abdelhak Najib




"Les gens râlaient, mais ils étaient toujours heureux. On criait mais dans la joie. Et même si elle était secrète et invisible, celle-ci s’immisçait dans un geste, se laissait voir dans une parole… Bref, même quand la mort frappait le bonheur était là pour l’accueillir. Le bonheur inégalé de ceux qui ouvrent au mystère une porte et le laisse croître sans oser lui retirer le moindre indice.  Chez moi, on se refusait à savoir. Parce qu’à quoi bon? Ceux qui savent souffrent, disait le sage du quartier et il ne se trompait pas. Hay Mohammadi était cette immense terre étroite qui, en nous étouffant, laissait couler du sang frais dans nos veines. Nos regards se remplissaient de lumière pour mieux voir l’enfer qui nous cernait. Mais comme on n’avait connu que cela, le paradis nous semblait juste une légère variation sur le thème de la privation. Et de ce côté-ci de la ville, les variations n’étaient pas du goût de tout le monde!"