lundi 10 juillet 2017


“Ce que m’ont dit les peintres…” de Abdelhak Najib







 “Ce que m’ont dit les peintres…” est le nouveau livre de l’écrivain, journaliste, chroniqueur et animateur-télé, Abdelhak Najib. C’est le premier tome d’une série de sept consacrés aux artistes majeures de l’histoire des Arts Plastiques au Maroc.
Treize peintres, toutes époques et générations confondues. Treize univers différents mais qui ont comme point commun le trairement de l’humain dans leurs travaux à travers les périodes picturales successives. On retrouve des visages importants de l’histoire des Arts plastiques au Maroc, des figures qui nous ont quitté comme Farid Belkahia, Mohamed Kacimi, Miloud Lebied et Aissa Ikken. Ce sont là des peintres qui ont  donné corps à des oeuvres solides, cohérentes, construites durant au moins 5 décennies. Ensuite nous avons dans “Ce que m’ont dit les peintres…” de Najib Abdelhak d’autres noms qui apportent aujourd’hui à la peinture marocain de nouveaux regards, de nouvelles approaches tant au niveau des techniques que des thématqiues décliénes en couleurs et en formes. Bouchta El Hayani, Hossein Tallal, Saâd Hassani, Mahi Binebine, Karim Marrakchi, Bill West, Abdelhay Mellakh, Omar Bouragba et  El Houssaine Mimouni. Chacun son univers. Chacun ses techniques, ses proccupations humaines et existentielles. Mais un dénominateur commun: la peinture de l’humain, la présence du dépassement de soi, l’ancrage dans l’histoire sans oublier des themes comme l’amour, le désir, l’érotisme, l’hérmétisme et la spiritualité.  

Pour l’auteur, Abdelhak Najib, les choses sont simples quand on lui pose la question du choix de ces treize premiers artistes: “Le choix des 13 premiers peintres que je traite dans “Ce que m’ont dit les peintres…”, est clair. C’est là une série d’artistes qui fait partie d’un ensemble de 100 plasticiens, que je considère comme importants dans l’histoire des arts au Maroc. J’ai travaillé sur le sens de l’humain chez ces peintres, leurs différents rapports à l’Homme, à l’existence, à la vie, à la création, à l’amour, à la femme, au corps et au désir. Ce sont des thématiques que j’ai développées, toutes issues de mes observations, mes recherches, mes entretiens pour donner corps à un ouvrage homogène et cohérent.” Cette cohérence, on la sent au fil des pages. D’un peintre à l’autre, on suit le chminement des artistes, à travers  plusieurs périodes qui ont façonné leurs reagrds sur leurs propres travaux. Najib Abdelhak commente, cite d’autres critiques d’art et analystes,  revient sur l’histoire de l’art, s’appuie  sur un travail d’accompagnement, fruit de plusieurs années de travail et de recherches, d’une exposition à une autre, d’une rencontre à l’autre, d’une visite d’atelier à une autre, toujours avec le souci de ne jamais comparer les artistes entre eux.   En effet, à aucun moment Abdelhak Najib ne compare Belkahia à Hassani ou Binebine à Bill West ou encore Tallal à Marrakchi. Chaque peintre est traité dans son univers, avec une approche profonde qui va à l’essentiel, souligne la force du propos, la maîtrise des techniques et ce regard philosophique sur l’Homme dans ces multiples manifestations.
Comme le souligne le critique d’art, Mohamed Rachdi, qui signe la préface de cet ouvrage: "Avec ce livre Abdelhak Najib nous convie à entrer dans une partie de l’expression picturale marocaine à travers treize portes qui donnent accès à treize figures de la peinture moderne et contemporaine de différentes générations, dont certaines sont décédées et d’autres toujours en activité et dont le point commun se trouve sans doute dans l’intérêt qu’elles portent toutes au corps et à la matière, au temps et à l’espace, à la trace et au signe..."  Ecrit dans une langue maîtrisée, alliant poésie et lyrisme, analyses et commentaire, “Ce que m’ont dit les peintres… “ vient enrichir les Arts plastiques au Maroc avec une série d’études qui ouvrent la voie à deux tomes bien fournis, avec d’autres grands artistes marocains à l’honneur.

Ce que m’ont dit les peintres… Abdelhak Najib. Orion Editions. 2017. 180 dhs.